Notre nouveau site à Carresse Cassaber

Dès 2016, le Groupe Daniel a obtenu un arrêté préfectoral lui permettant d’extraire des matériaux sur Carresse-Cassaber, tout en étant soumis à une règlementation stricte avec des contrôles réguliers réalisés par les autorités de l’Etat.

 

Le périmètre d’autorisation est de 32 hectares pour 19 exploitables sur une durée de 17 ans. La zone d’extraction n’est pas une zone Natura 2000.

  • Il n’y aura pas d’installations de traitement sur place. Les aménagements préliminaires terminés, un décapage puis des extractions seront réalisés. Nous allons mettre en place des implantations végétales pour occulter l’extraction.
  • 10 emplois directs et une trentaine d’emplois indirects seront créés.

 

Une première étude d’impact a été réalisée en 2008 et réactualisée avant son dépôt officiel en Novembre 2014. Cette étude a démontré que l’extraction se réalise en dehors de l’espace de mobilité du Gave d’Oloron. Depuis 1938 sur les vues aériennes anciennes, le lit du Gave est resté sur le même tracé (source Géoportail). Nous ne toucherons pas au Gave d’Oloron.

  • Les relevés faunes et flores ont révélé qu’aucune espèce remarquable ne vit sur la zone d’extraction. Aucune nidification d’oiseaux n’a été observée. Les bureaux d’étude engagent leurs propres responsabilités scientifiques. Ils sont totalement neutres et indépendants dans leurs analyses.

Une nouvelle étude d’incidence a été menée en 2020 et présentée lors de la Commission Départementale Nature Paysage et Site le 18 Janvier 2021.

 

L’accès au site :

Etant membre de l’AFR en tant que propriétaire foncier, nous pouvons circuler librement sur les chemins ouverts au public depuis plus de 30 ans. En application de l’arrêté préfectoral, nous nous devons d’entretenir les chemins sur lesquels nous circulons.

 

Le demi-diffuseur autoroutier : tant que cet ouvrage ne sera pas réalisé, nous serons limités par l’Administration à extraire 100 000 tonnes de matériaux par an, ce qui représente 24 camions par jour.

 

Le réaménagement: la règlementation exige avant même d’avoir extrait la 1ère tonne de matériaux, de proposer un réaménagement futur du site afin d’assurer une gestion durable de l’après- gravière. Pour le site de Carresse-Cassaber, il est prévu un réaménagement écologique avec une zone naturelle dédiée à la biodiversité et des loisirs légers. L’autorité environnementale a mis en évidence une incidence positive sur la faune et la flore.

 

Un professionnalisme et une rigueur face aux demandes de l’Administration : Nos équipes travaillent depuis 15 ans sur ce dossier. Depuis 2006, nous avons acheté des terres sur la plaine de Carresse à des propriétaires libres de vendre.

 

Concertation locale: Nous avons travaillé avec les différents acteurs du territoire et avons mené des concertations locales : Maires des communes concernées, élus, responsables de service du Conseil Départemental des Pyrénées Atlantiques, Présidents des Intercommunalités du Pays d’Orthe et de Béarn des Gaves, administrations, et SIGOM (Syndicat intercommunal du Gave d’Oloron et de Mauléon).

 

Les granulats : une ressource indispensable après l’air et l’eau

En France, 400 millions de tonnes de granulats sont consommées annuellement. Ils sont omniprésents dans notre quotidien : pour la construction d’habitations, d’hôpitaux, de ponts, de routes, pour l’agriculture et aussi dans le verre, papier, peinture…Ce site représente un gisement de qualité avec des matériaux spécifiques pour répondre aux besoins courants de la région. Nous ne pouvons pas les faire venir d’un autre pays car le bilan Carbone serait extrêmement néfaste pour l’environnement. Nous extrayons à proximité des chantiers, ce qui influe favorablement le coût des projets de construction et est plus que jamais nécessaire à l’heure où les cours des matières premières s’envolent.

 

L’environnement :

  • Nous menons une démarche d’économie circulaire avec une valorisation des matériaux à chaque étape du process jusqu’à leur recyclage avec l’éco-conception de nouveaux produits (béton recyclé, béton bas carbone). Doté d’un laboratoire et d’un service Recherche et Développement, nous sommes en veille perpétuelle pour trouver des solutions innovantes et diminuer nos consommations d’énergie.
  • Nous préservons la biodiversité pour restaurer des habitats et des écosystèmes, en collaboration avec le Conservatoire des Espaces Naturels, des fédérations de chasseurs, et de pécheurs.
  • Nous avons des projets de centrales solaires flottantes sur nos futurs réaménagements.

 

Un transport maitrisé :

Nous bénéficions d’une flotte de véhicules dédiés aux transports des matériaux. Ce parc est renouvelé tous les 5 ans. Nos camions sont de dernière génération (Normes Euro 6).

Nous sommes cosignataires de la charte d’engagement volontaire OBJECTIF CO2 avec l’ADEME et la DREAL pour la réduction des émissions de CO2. Afin de prévenir tout risque de pollution, nos engins sont équipés de kit anti-pollution.

 

Le Groupe Daniel : une entreprise locale et indépendante 

Depuis 1910, nous sommes implantés dans le Béarn et extrayons des matériaux du territoire par des gens du territoire au profit du territoire.

Nos 300 collaborateurs participent à l’économie locale. Outre nos emplois directs, notre activité génère des emplois indirects aussi bien en amont qu’en aval de nos productions. De la même façon qu’un producteur de kiwis ou de maïs, l’entreprise Daniel est un producteur d’agrégats tout à fait respectable.

Partagez cette actualité

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Vous aimerez aussi

Béton avec Fibres Naturelles

Aménagement de l'entrée du site de Lescar

Nouveau tombereau pour le site d'Asson (64)

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considérerons que vous acceptez l’utilisation des cookies. Voir notre Politique de confidentialité.